Manifestation à Agen

lundi 3 février 2014
popularité : 23%

Agen : "Nous ne sommes pas une variable d’ajustement"

source : Sud-Ouest

Les formateurs et futurs professeurs des écoles manifestaient aujourd’hui devant leur école. Ils craignent que leur formation ne soit dépouillée de ses moyens par l’Université de Bordeaux. Ils comptent occuper les locaux toute la nuit

En deux ans, nous avons perdu 23% de notre budget. A la rentrée prochaine, il n’y aura plus de professeur de mathématiques ni de documentaliste. Ces deux postes sont récupérés par l’université de Bordeaux", s’indigne Michel Delatronchette, formateur à l’Espé d’Aquitaine, sur le site d’Agen.
D’ailleurs, ce site, comme celui de l’ensemble des Espé d’Aquitaine, n’a plus de directeur depuis le mois de décembre, tous ont démissionné pour protester contre le flou de leur avenir.
A Agen, ce sont 150 étudiants en Master II, pour la plupart des futurs enseignants, qui sont en attente. "Nous n’avons plus d’emploi du temps, nos formations devant des élèves se transforment en remplacement d’enseignants dans l’urgence, sans moyens de préparer nos cours", s’indignent Anaïs, Jessica et Marie.
C’est l’avenir du site qui leur semble entre parenthèses. C’est pour cela que aujourd’hui, les personnels non enseignants, une dizaine dont cinq personnes contractuelles, sont venus grossir les rangs des manifestants. Ils entendent continuer faire parler d’eux. S’ils passent l’après-midi en cours, "parce qu’il n’est pas question d’obérer encore plus leur concours", le mouvement continuera... Toute la nuit s’il le faut.