Dysfonctionnements à tous les niveaux à l’ESPE de Paris

lundi 4 novembre 2013
popularité : 89%

Dysfonctionnements à tous les niveaux à l’ESPE de Paris
Depuis la rentrée 2013 les problèmes liés à la mise en place de la réforme de la formation et de l’ESPE se multiplient, encore plus que les années précédentes, ce début d’année est source de mécontentement de la part des étudiants qui commencent à comprendre que tout ceci est lié au fait que le gouvernement actuel ne revient pas sur la mastérisation et tous les problèmes qu’elle a engendré. Depuis le début de l’année le SNUipp-FSU 75 a organisé plusieurs réunions avec les étudiants, le personnel ou la direction (réunions d’info, AG interprofessionnelle, rendez-vous avec la direction, AG des étudiants). Voici ce qu’il en ressort.
Les problèmes locaux liés aux maquettes de master

  • cas des M1 et M2 EEM de 2012-2013 inscrits en M1 MEEF en 2013-2014 :
    une délégation d’étudiants de M1 MEEF est venue trouver le SNUipp-FSU 75 mercredi 16 octobre pour faire part de leur cas. Ces étudiants (une vingtaine) ont validé un M1 ou M2 EEM en 2012-2013 mais n’ont pas été admissibles au concours 2014 anticipé. Ils se sont inscrits, sur les conseils des formateurs de l’ESPE, en M1 MEEF pour pouvoir bénéficier de la préparation au nouveau concours. Depuis la rentrée 2013, ils demandent à l’administration une équivalence pour certaines UE de leur master EEM afin d’alléger leur année et de se concentrer au mieux sur la préparation du concours 2014. En effet dans le plan de formation il est clair que certaines UE du master EEM sont identiques à des UE du M1 MEEF. Le 15 octobre, les étudiants concernés ont été informés que la direction accédait à leur demande sous certaines conditions. Le directeur adjoint en charge du premier degré les a alors convoqués pour leur faire part de ces décisions. L’ESPE leur accorde une équivalence pour une UE seulement (UE3) et à condition qu’ils renoncent à leurs stages d’observation et de pratique accompagnée (le premier doit avoir lieu à la rentrée des vacances de la Toussaint). Les étudiants n’ont eu aucun temps de réflexion et ne savent pas à cette heure ce qu’il en sera pour la rentrée. Ils n’ont rien signé pour le moment qui les faisait renoncer soit à l’équivalence (pour ceux qui souhaitent tout de même aller en stage cette année) soit à la mise en stage (pour ceux qui considèrent qu’ils pourront s’appuyer sur les stages effectués l’année dernière). Ce groupe d’étudiants demande à ce que l’équivalence (d’un maximum d’UE possible) ne soit pas assortie de conditions et que s’ouvre un dispositif de préparation au concours (sur le modèle du dispositif d’accompagnement qui existe pour les admissibles au concours et qui sont déjà titulaires d’un M2 quel qu’il soit) où il n’existe ni validation d’UE, ni contrôle de l’assiduité.
  • cas des mémoires des M2 EEM et des futurs M2 MEEF : courant septembre les formateurs responsables des différents groupes ont annoncé que les étudiants devraient rédiger un mémoire d’un cinquantaine de pages en UE 5-6 (initiation à la recherche) tout en ayant un rapport de stage à rédiger dans l’UE 4 (stages), contrairement à ce qui avait été annoncé en réunion de rentrée par le directeur adjoint aux étudiants de M2 EEM, qui les avait assurés que le mémoire soutenu en M1 EEM était bel et bien derrière eux. Cette information a provoqué un tollé et en deux jours une pétition à l’initiative de quelques étudiants de M2 a circulé dans tous les groupes et reçu un accueil très favorable. Le 8 octobre le SNUipp-FSU 75 a rencontré, avec six étudiants dont deux des étudiantes à l’initiative de la pétition, les directeur et directeur adjoint au premier degré pour demander, entre autres revendications, la suppression du mémoire en UE 5-6. Le lendemain les feuilles de pétition ont été remises. Une semaine plus tard, cette revendication a été satisfaite mais nous restons vigilants pour les futurs M2 MEEF.

SNUipp-FSU 75
ESPE de Paris
Le 04 novembre 2013