Une situation intenable pour les étudiants

lundi 11 novembre 2013
popularité : 67%

Une situation intenable pour les étudiants
Le ministère, qui parle de « stagiaires » pour désigner les nouveaux collègues arrivant en nombre dans les écoles, collèges et lycées, entretient volontairement la confusion entre les fonctionnaires-stagiaires, lauréats d’un concours, et ceux qui entrent dans le métier par la précarité :
- Les étudiants de M2, admissibles aux épreuves anticipées des concours 2014, sont recrutés sur des contrats précaires, et effectuent un tiers de service devant élèves, pour la majorité dans des établissements éloignés des villes universitaires, où ils doivent pourtant suivre leur formation. Le ministre annonce sans rire qu’ils bénéficient d’une « entrée progressive dans le métier », et envisage donc de les affecter à temps plein à la rentrée 2014 pour leur année de stage, s’ils réussissent le concours. Le rectorat de Nantes n’a prévu aucune formation pour ceux qui sont déjà titulaires d’un M2, et compte sur les universités pour la préparation aux oraux des concours, sans prendre en charge les droits d’inscription aux Diplômes Universitaires.
- Les Emplois d’Avenir Professeur sont des étudiants de licence boursiers, recrutés directement par les établissements pour effectuer des tâches mal définies, et pouvant aller jusqu’à la prise en charge de séquences d’apprentissage. Aucune garantie n’est donnée à ces étudiants qu’ils seront mis en situation de pouvoir vraiment découvrir le métier auquel ils se destinent, tout en réussissant leurs études. D’ailleurs, les étudiants ne s’y trompent pas : nationalement, seulement 2800 recrutements ont été effectués sur les 4000 prévus lors de la première vague.
Et tout cela, sans compter les étudiants de M1 et de M2, qui viendront bientôt faire des stages d’observation, de pratique accompagnée, voire en responsabilité dans les établissements.
Mary David et Marie Haye
ESPE de Nantes
Le 11 novembre 2013