Il y a aussi des points noirs à l’académie de Lille.

mardi 12 novembre 2013
popularité : 18%

Il y a aussi des points noirs à l’académie de Lille.
Si on veut des exemples "concrets" en voici un qui doit pouvoir figurer car il a été soulevé lors d’une réunion concernant les "élections". Le Directeur provisoire a décidé de mettre une jauge à 35 étudiants pour dédoubler un cours. Or il apparaît que la jauge a été dépassée à Douai (un des sites) mais que le dédoublement n’a pas eu lieu. La réponse en est que cela ne dépasse pas de beaucoup et qu’il manque déjà 500 000€ du fait que le Ministère ne prend en compte pour la dotation que les effectifs de l’année dernière (et qu’ils ont augmenté cette année). Il va donc falloir serrer la ceinture et demander au Ministère des rallonges auxquelles il ne croit pas !
Il y a les trous institutionnels mais aussi les "tares institutionnelles" qui ne manqueront pas de devenir concrètes.
Exemples : l’élection au CE où les élus au nombre de 14 se partagent entre 2,2,2,2,2 et 4 pour les différents personnels (PU, MCF, 2d degré, enseignants MEN, BIATSS et étudiants respectivement) ce qui dans notre cas ne permet pas de représenter ni tous les sites ESPE (6), ni les universités partenaires (6) en dehors des présidents et qui émiettent complètement la représentation -sans compter que l’élection se faisant au plus fort reste, les élus seront de listes différentes à coup presque sûr. On pourrait même et c’est une crainte des personnels enseignants de l’ESPE se retrouver sans un seul élu enseignant connaissant vraiment l’ESPE (sur 30 membres).
D’un autre côté, on demande au futur directeur de l’ESPE de s’inscrire dans un schéma bac -3/bac +3 (voir la fiche de poste pour le futur Directeur de l’ESPE), ce qui ne manquera pas de poser des problèmes avec les "universitaires".
Autre inquiétude que l’on a : le COSP (dont on ne sait pas vraiment comment il va fonctionner, ce qui n’est pas un point noir a priori) selon la direction provisoire doit fonctionner avec des personnels désignés par les universités pour le master second degré et des personnels désignés par la CUE pour le master 1er degré, (pour respecter "le rapport de force" dixit le Directeur provisoire) drôle de façon de promouvoir la "culture commune" dont on fait paraît-il grand cas. On s’achemine vers une ESPE, et c’est une crainte des personnels notamment à cause de ce directeur provisoire, avant tout gérée et sans motivation pédagogique forte.
Jérôme Buresi
ESPE de Lille
Le 12 novembre 2013