Les étudiants en master 2 en contrat admission dans les écoles de Gironde manifestent pour défendre la qualité de leur formation

lundi 18 novembre 2013
popularité : 89%

Les étudiants en master 2 en contrat admission dans les écoles de Gironde manifestent pour défendre la qualité de leur formation.
Alors que les stages dans les écoles de la Gironde (4 stages massés de 3 semaines) avaient été présentés aux étudiants comme intégrés dans leur formation à l’ESPE, et qu’à cette fin ils devaient travailler avec la classe de leur tuteur 3 stages sur 4, le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale de Gironde (DASEN 33) rompt unilatéralement le contrat de formation et annonce que désormais leurs stages auront pour objectif le remplacement des maîtres absents dans le département. Les étudiants apprennent leur affectation à peine une semaine avant le début du stage. A l’initiative des étudiants et en lien avec le SNUIPP-FSU, les étudiants se réunissent en AG plusieurs fois, décident de demander une audience au recteur et organisent une manifestation devant le rectorat ce jeudi 14 novembre.
Plus de 85% des étudiants concernés se retrouvent devant le rectorat, une délégation est reçue par la responsable de la DRH du rectorat, le DASEN 33 et son adjoint. L’audience est marquée par une monopolisation de la parole de la part des représentants de l’administration, la parole des étudiants est systématiquement coupée et on leur dit qu’ils font partie du « plafond d’emplois » du département de la Gironde et qu’à ce titre, ils se doivent d’être au service de leur employeur. Qu’ils sont des privilégiés au regard de ce qui peut se passer dans d’autres départements, qu’ils sont les seuls sur les 800 M2 CAD que compte l’académie à revendiquer quelque chose, que ce sera comme ça et pas autrement…
Une AG se tient alors spontanément devant le rectorat, à l’issue du compte rendu de l’audience. Les étudiants décident alors de déposer un préavis de grève pour le 3ème stage qui se déroulera en janvier si les conditions ne sont pas réunies pour que ce stage puisse être un véritable moment de formation, préparé et exploité dans le cadre de l’accompagnement organisé par l’ESPE.
Cette mobilisation pleinement réussie, 65 des 75 étudiants présents devant le rectorat, doit servir de base à la poursuite de la pression exercée sur l’employeur, pour l’amener à respecter ses engagements et notamment ses responsabilités en matière de formation imposées par la loi sur la refondation de l’Ecole de la République. Le chemin semble long pour que chacun des partenaires amenés à collaborer dans le cadre de l’ESPE assume les responsabilités qui sont désormais les leurs en matière de formation d’enseignants. Les étudiants de l’ESPE d’Aquitaine, ne s’en laisseront pas compter, c’est le message qu’ils ont envoyé haut et fort et qui devra être entendu.

Pascal Grassetie - Professeur d’EPS
ESPE d’Aquitaine
Le 18 novembre 2013