Du pilote ou de l’oeuf... (ou comment préparer les futurs PE dans les meilleures conditions)

lundi 18 novembre 2013
popularité : 68%

Du pilote ou de l’oeuf...
(ou comment préparer les futurs PE dans les meilleures conditions)

En septembre la DSDEN a proposé aux M2 MEEF admissibles un tiers temps réparti tout au long de l’année. Une grande majorité d’entre nous a donc accepté de devenir CAD. Sur le papier rien à redire ou presque sur cette volonté de professionnalisation accrue de notre cursus. Nous devions avoir quatre périodes de stage en école de trois semaines chacune. Un PE expérimenté, notre tuteur, devait nous accompagner dans la prise en main progressive (de sa propre classe) vers notre autonomie en tant qu’enseignant. Au passage nous avons signé des contrats en qualité de professeurs contractuels... Donc un investissement sur le long terme dans une même classe avec un référent pour nous soutenir. Seul le troisième stage devait se dérouler dans une autre classe et nous permettre ainsi, but louable, d’enrichir notre pratique en découvrant un autre niveau voir une autre école mais toujours sous l’égide du même tuteur. Certains disaient déjà que le rectorat avait surtout besoin de remplaçants dans cette période.. Tout cela semblait organisé dans l’adéquation parfaite entre notre enrichissement théorique à l’ESPE, la pratique de terrain indispensable aux professionnels en devenir que nous sommes et bien entendu la réussite aux épreuves orales du concours de PE.
Fin septembre nous apprenons que le gouvernement a décidé de changer les dates d’examens de nos oraux. Au cours de l’année précédente, nos épreuves d’admissibilité avaient déjà été avancées. Cela ne modifiait pas notre cursus de formation mais nous privait de deux mois de préparation. Cette année, la modification du planning des épreuves d’admission, visiblement sans concertation avec les ESPE, nous semble résulter d’une logique comptable appliquée au détriment de l’intégrité de notre formation. Nous sommes en droit de nous interroger sur l’existence réelle d’un deuxième semestre, les maquettes sont amputées de plus de deux mois de formation. Et qui plus est, les dates du concours tombent pendant la quatrième période de stage prévue initialement du 17 mars au 4 avril 2014. Dans ces conditions comment préparer efficacement notre concours tout en rédigeant un mémoire pour obtenir la validation de notre master 2 ?
Concernant le stage, la mise en place des tuteurs 1er degré a été faite dans une certaine précipitation. De nombreux PE nous accueillant ont été informés de notre arrivée par nos propres appels téléphoniques. Plus grave, l’harmonisation des pratiques et leur cadrage qui auraient dû être programmés avant nos interventions n’étaient pas une priorité. Il en a résulté une grande disparité entre les stagiaires. Les réunions de concertation concernant les tuteurs se sont déroulées le 17 octobre, la veille de la fin du stage...
Le 21 octobre, au retour de notre premier stage, un courrier de la DSDEN, daté du 11 octobre, nous informe que les règles d’affectation de nos stages sont modifiées. Nous serons dans une autre école du 18 novembre au 6 décembre. Ce courrier indique que les modalités de la troisième période de stage, approximativement entre le 13 janvier et le 14 févier, nous seront « communiquées ultérieurement ». Aucune information concernant le quatrième stage.
Face à ces décisions bien éloignées des conditions annoncées lors de la signature du CAD, du souci de notre réussite, du respect des tuteurs et de celui in fine des élèves, les M2 de Bordeaux ont décidé d’écrire à monsieur le Recteur de l’académie. Après s’être mis d’accord le 24 novembre à la majorité, un courrier était envoyé le 28 novembre par mail, reçu le même jour par le rectorat et trois jours après par la DSDEN (semaine de vacances...).Ce mail décidé par 54 CAD sur les 75 avait recueilli les signatures de 49 d’entre eux. Au 12 novembre aucune réponse ne nous était parvenue.
La direction provisoire de l’ESPE informée dans les mêmes délais n’a également fait aucun commentaire. A notre retour de vacances nous avons cherché à avoir des interlocuteurs au sein de l’ESPE face à ces problèmes de stage et surtout aux répercussions attendues sur notre formation. Malheureusement, nous avons alors découvert que les problématiques de la direction provisoire de l’ESPE étaient bien éloignées des nôtres. En effet la mise en place de l’ESPE avec en parallèle la mise en place de la NUB à l’horizon 2014 a créé un vide au plus haut niveau de notre école.
Les mécontentements montent mais personne n’est là pour y répondre, chacun se renvoyant la balle entre le rectorat, la présidence de bordeaux 4 et l’administration provisoire de l’ESPE. Pendant ce temps là le temps passe et nos échéances approchent. On nous demande d’attendre la nomination officielle du directeur de l’ESPE pour avoir des réponses...mi décembre ??
Nos lieux de stage pour la deuxième période nous ont été communiqués le 8 novembre à... 21h15... Il nous reste donc quatre jours pour tenter d’organiser au mieux par nos propres moyens ces remplacements qui ne disent pas leur nom. En effet, nous n’avons aucune certitude sur le cadrage pédagogique qui devrait exister en partenariat entre le rectorat, l’ESPE et les écoles qui nous accueillent. Sans parler de nos tuteurs avec qui nous n’aurons qu’un contact à distance et encore...
Curieusement, après avoir informé le rectorat d’une possible manifestation le 14 novembre, une délégation de M2 a été reçue dans l’urgence. Ce jour, alors que 60 étudiants sur les 75 étaient sous les fenêtres du recteur, il nous a été clairement expliqué que les CAD étaient comptés dans le plafond d’emplois de l’académie et donc considérés comme des moyens d’enseignement à part entière et que nous devions nous estimer chanceux que notre premier stage ait été si bien préparé. Le 15 nous parvenait une lettre du recteur reprenant ces mêmes propos et n’apportant aucune réponse concrète à notre courrier.
Peut-on dire dans ces conditions que la formation de ces enseignants est une priorité ?
Les M2 MEEF premier degré de l’ESPE d’Aquitaine
ESPE d’Aquitaine
Le 18 novembre 2013