Intervention du SNUipp et de la FSU au CHSCT Créteil

dimanche 23 novembre 2014
popularité : 21%

Intervention du SNUipp et de la FSU au CHSCT académique (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) ce jeudi 13 novembre 2014 (extrait)

- Les stagiaires, et plus particulièrement ceux de Seine Saint-Denis, ont fait les frais d’un manque d’anticipation sur l’organisation de leur formation.Ils continuent d’exprimer des demandes légitimes concernant la lourdeur de leur formation, le manque d’harmonisation des modalités d’évaluation selon les UE, le manque d’articulation entre la formation et le temps de classe... La FSU ne trouve pas acceptable que leurs interlocuteurs se "renvoient la balle" au lieu de prendre à bras le corps ce qui, dans les revendications des stagiaires, relève de la compétence de chacun. Ainsi, la direction de l’ESPE a renvoyé les stagiaires sur le Rectorat pour des demandes qui relèvent bien du master, donc de l’université : simplification, allègement, globalisation, mise en cohérence des évaluations...

- Les stagiaires de Seine Saint-Denis ont également eu, pour plus de 200 d’entre eux, des retards de paiement inacceptables (certains n’ont touché une première avance que fin octobre). Quelle réponse à leur demande légitime de remboursement d’agios et autres pénalités de retard ? Quelles garanties pour que ce dysfonctionnement ne se reproduise plus l’an prochain ?

- Des stagiaires du 93 ont également eu des affectations problématiques :

  • d’une part, ils n’ont connu leur lieu de stage (et donc leur niveau de classe) qu’à la rentrée. Ils n’ont donc pas eu les mêmes conditions de préparation que les stagiaires des autres départements.
  • Mais en plus, certains ont eu comme complément sur leur mi-temps de classe, des débutants, voire d’autres stagiaires ou même des contractuels ! La FSU dénonce l’accumulation des difficultés que subissent les stagiaires du 93.