Compte-rendu de CE / ESPE de Bordeaux

dimanche 16 novembre 2014
popularité : 100%

Compte-rendu de CE / ESPE de Bordeaux

Bonjour à tous, un CR court : il y a bien peu de nouveautés dans le cadre de réflexion mais le CE a duré 4h mais avec peu d’éléments en délibération et beaucoup en information : pas de délibération prévues ni sur la mise en place du tutorat ni sur les préconisations du COSP. Nous avons cependant émis des remarques sur ces informations.

Le CE a été le lieu d’une longue introduction de son président, l’ex-recteur Nembrini, qui a parlé fort en martelant une syllabe sur trois sur le thème : la réforme FDE est une réussite. Cette assurance repose sur les points suivants : le gouvernement y a mis beaucoup de moyens, des milliers de postes. Elle sera marquée par la bienveillance, la nouveauté, l’originalité. C’est une réussite. Les formateurs ESPE doivent regarder vers l’avenir et se soucier des élèves en difficulté et du décrochage scolaire. La réforme est une réussite.
Il est apparu un peu plus tard que les futures maquettes de formation ne seront pas parfaites, surtout pas, ce qui est important c’est la régulation à partir des remontées de terrain. Et la régulation en elle-même est une réussite. La rhétorique de l’adaptation aux réalités et de la nécessaire évaluation des formations pour arbitrer -à la baisse- a tourné à plein. Après ce cadrage revigorant, nous sommes passés à l’ordre du jour :

A propos du tutorat, il est confirmé que les moyens horaires pour les PE sont de 10 hTD par stagiaires (ne comprennant pas le suivi de mémoire qui ne relève pas du tuteur) ; mais ce cadrage n’est pas mis en place dans les parcours PLC parce que les partenaires ne souhaitent pas financer le dispositif. Nous avons demandé pourquoi une différence de traitement était organisée entre les parcours PE et PLC portés par l’UB. Nous avons aussi demandé ce qu’il en était du logiciel et des moyens spécifiques pour traiter l’accompagnement annoncé par M. Jolion au SNESUP le 6 novembre 2014. Cette question posée trois fois est restée sans réponse.
Un document générique sur le tutorat doit arriver du ministère après la mise en place et c’est, selon le président, une chance car ainsi on aura déjà décidé comment faire sur le terrain...

A propos des préconisations du COSP, nous avons fait remarquer
- que le rectorat demande un renforcement du tronc commun sans qu’aucun bilan n’ait été fait de l’existant et alors que des membres de la direction avaient souligné eux-même les difficultés de la mise en place de l’existant ....
- que contrairement à une remarque inscrite dans le CR formation initiale (p4), les établissements scolaires étaient bien des terrains mais n’étaient pas des entreprises
- que les 4 axes proposés par la commission recherche valorisent peu la notion d’enseignement (une mention) par rapport à celle d’éducation (trois mentions)
- que les propositions du COSP manifestent la faible représentation des enseignants ESPE dans cette instance puisque pas une seule fois le terme de didactique n’est utilisé dans ces axes ce qui nous semble extrêmement regrettable.

Nous avons voté contre ce budget en baisse de 7% alors qu’on nous annonce une augmentation des postes au concours donc de notre nombre d’étudiants potentiel.
- la DGF est en baisse avec des restrictions imposées par l’UB
- aucun projet n’a été présenté alors qu’on nous avait annoncé un « budget de projet » pour justifier la hausse ou la baisse des moyens
- les conventions de financements venant des partenaires ne sont pas signées à ce jour ; les tensions entre les représentants des universités membres du CE montrent que l’accord est loin d’être abouti ; dans ces conditions le financement du budget ne peut être considéré comme sincère.
- le budget investissement est absolument sans ambition et insuffisant
- aucune assurance n’est donnée sur la somme versée par l’Etat par étudiant FS inscrit en complément des 256 € d’inscription.
Le vote du budget a été adopté uniquement grâce à la voix prépondérante du président Nembrini