Grenoble était une des ESPE qui a été accréditée provisoirement. Au bout d’un an, elle doit maintenant être habilitée

lundi 30 juin 2014
popularité : 48%

Grenoble était une des ESPE qui a été accréditée provisoirement. Au bout d’un an, elle doit maintenant être habilitée.
Les commentaires à faire seraient bien nombreux. L’essentiel à retenir c’est que la guerre entre les universités par le biais de leurs VP CEVU (principale cause de cette non accréditation) a été semble-t-il étouffée par une reprise en main rectorale. L’heure n’est donc plus à se disputer des restes de l’IUFM mais plus à construire un projet qui devrait théoriquement dépasser les intérêts particuliers.
Faut-il s’en réjouir, on se le demande tant ce qui se met en place est :

  • bureaucratique donc bien souvent anti pédagogique. La somme de contraintes qui pèse sur la mise en place des maquettes est antinomique avec des études cohérentes, logiques, progressives au service de la construction d’une professionnalité,… ;
  • étranglée sur le plan des moyens notre direction n’ayant de cesse que de tout revoir à la baisse sur pression de l’université intégratrice comme des autres car le nouveau modèle économique est enfin au partage des charges (il aura fallu 4 ans de masterisation et un texte ministériel pour en arriver là !) ;
  • parfois antinomique avec une alternance réelle pourtant revendiquée dans la réforme ;
  • élitiste tant le coût de revient des études pour nos étudiants augmente inexorablement (grande difficulté à trouver un travail compatible, déplacements pour les stages, …) ;
  • antidémocratique : les personnels directement concernés décident peu de choses mais appliquent. On assiste pour le pire comme le meilleur à un alignement des formations sur le même schéma (dicté par le second degré).
  • désespérant pour :

- des collègues en temps partagé à qui on a annoncé une réduction de leur présence à l’ESPE à 5 ans renouvelable une fois ;

- des collègues affectés (dans tous le sens du terme) qui se sentent dépossédés de la formation et désavoués dans leur compétences puisque remplaçables dès leur départ sans autre forme de procès par des collègues en temps partagé.

Yvan MOULIN
Responsable mise en oeuvre masters 1er degré
ESPE/UJF site de GRENOBLE
yvan.moulin@ujf-grenoble.fr