Première année de métier bien remplie !!

dimanche 9 février 2014
popularité : 67%

Stagiaire en lettres et en lycée avec une première à préparer au bac, cette première année de métier est bien remplie.

Avec 15h de cours soit à peine 3h de décharge, autant dire qu’on ne se sent pas stagiaire une seconde tant l’implication dans le métier est totale.

Aussi, lorsqu’on se trouve régulièrement convoqué pour des journées de formations (une par semaine en ce début d’année) on a le sentiment de perdre un temps précieux de préparation et/ou de correction.

D’autant plus que la qualité de ces formations laisse souvent à désirer (le sentiment d’être souvent traités comme des gamins débiles et non comme des fonctionnaires qui ont réussi un concours) ou bien témoigne d’incohérence.

Quelques exemples : on exige la certification c2i2e (que j’ai obtenue) soit plusieurs jours de formation sur les Tice, et voilà que la formation programme un jour consacré aux Tice, où l’on entend des recommandations du type "évitez de devenir ami sur Facebook avec vos élèves"...
Ou encore une formation "juridique" où l’on nous "apprend" les différents types d’infractions (contravention/délit/crime...)
Je passe sur les élucubrations babacoolesques sur la suppression de la notation qui nous on été servies un autre jour.

Quant aux formations disciplinaires, les incohérences sont légion.
Comment prévoir un plan sur l’année... En février. Il y a donc bien longtemps que j’ai fait le mien avec l’aide de ma tutrice et de collègues expérimentés de mon entourage et que fort immodestement sans doute, je ne vois pas comment on pourrait m’apprendre quelque chose sur le sujet.

La plupart des enseignements portent sur le collège. Or je suis en lycée. Vous objecterez que j’ai de grandes chances d’être affecté en collège comme première titularisation. Certes, mais à 15h par semaine l’année de vos débuts, vous êtes concerné par la séquence de première que vous êtes en train de traiter, beaucoup moins par l’hypothétique classe de 6e de l’an prochain. Et le jour où on nous annonce enfin deux groupes de travail lycée/collège , les stagiaires en lycée se retrouvent devant la préparation d’une séquence de... cinquième, allez comprendre.
Bien sûr il y a de ci de là des choses intéressantes mais finalement, rien qui ne soit accessible par soi-même "sur le tas" avec à l’occasion un conseil glané à la machine à café auprès du tuteur et des collègues.

Rajoutez là dessus des lieux de formation plus ou moins proches (Aix, Salon...) alors que je suis sur Marseille : vous vivez clairement cette formation non pas comme une aide mais comme une pénible entrave.