Nantes, communiqué de presse

lundi 3 février 2014
popularité : 64%

Nantes, communiqué de presse

Formation des enseignants : mission impossible

A l’initiative de l’intersyndicale FSU, SGEN-CFDT, UNSA et des élus étudiants au Conseil d’école de l’ESPE, une assemblée générale s’est tenue ce lundi 3 février sur le site nantais. Cette réunion s’inscrit dans les mouvements de protestation qui ont lieu sur les sites du Mans et de la Roche-sur-Yon de l’ESPE de l’Académie de Nantes.

Comme leurs collègues étudiants du Mans, les étudiants de Nantes sont mécontents d’un certain nombre de dispositions mises en place depuis la rentrée et manifestent leur souhait de voir lever quelques incertitudes :

- organisation des stages compliquée, des formes d’alternance peu intéressantes en terme de formation (stages « massés » fractionnés dans des périodes contraintes en master 1), manque de communication avec les tuteurs...

- place du concours (fin de M1), la pire qu’on pouvait imaginer, oblige à faire du bachotage toute l’année pour préparer le concours et ne permet d’approfondir aucune question ni disciplinaire, ni professionnelle.

- Des objectifs « juste impossibles » à tenir selon l’expression des étudiants : préparer un concours (en M1 ou en M2), valider des Unités d’enseignement de master, se professionnaliser à travers des stages, prendre le temps de la réflexion nécessaire pour se construire des compétences, rédiger un mémoire... !

- un stage en responsabilité à mi-temps dès l’an prochain pour les étudiants de M2 lauréats du concours qui inquiète beaucoup avec la faiblesse de la formation professionnelle réelle du master 1. Un stage à tiers temps paraît un maximum compatible avec la formation de master 2.

- Incertitude complète sur le devenir des étudiants qui obtiendront leur master 1 mais seront collés au concours et souhaiteront le passer à nouveau au cours de leur année de M2. Auront-ils des heures dédiées à la re-préparation du concours ? Feront-ils des stages ? Rien n’est aujourd’hui défini.

Les personnels enseignants sont confrontés au non remplacement de postes vacants pour cause de politique de réduction budgétaire de l’université de Nantes et à des profils de plus en plus divers des étudiants (voir ci-dessus) qui nécessitent une pédagogie adaptée et des parcours aménagés.

Ils constatent également la surcharge de travail des étudiants et le stress grandissant. Le manque de temps, le recours prévu à de plus en plus de personnels à temps partagé (1/2 temps en établissement ; 1/2 temps pour la formation) font craindre une perte de cohérence de la formation et ne permettront plus d’encadrer les travaux des étudiants comme ils devraient l’être à l’université.

Les personnels Biatss sont aussi touchés par la politique de restriction budgétaire de l’université de Nantes. Le nombre de titulaires diminue, les informations sur les restructurations prévues (regroupement de toutes les formations sur un seul bâtiment en 2015) restent confidentielles et les incertitudes sur le fonctionnement de l’ESPE dans les années à venir ne permettent pas un travail serein. Le budget de l’ESPE est fragilisé et incertain dans son montant.

Les élus des personnels, des enseignants et des étudiants au Conseil d’école interpelleront les représentants des universités et du rectorat lors du prochain Conseil d’école et dans l’immédiat ils apportent leur soutien à leurs collègues des autres sites de l’ESPE et des autres ESPE de France qui seront leur porte-parole demain mardi 4 février à Poitiers à l’occasion de la première réunion des directeurs des ESPE.